Camille Krantz

octobre 2017

Camille Krantz. Un républicain lorrain sous la IIIe République

C’est à une visite des coulisses du pouvoir des débuts de la IIIème République à laquelle nous convie l’auteur, à travers cette biographie de Camille Krantz.

Originaires de Saxe, les Krantz s’installent à Sarrelouis vers la fin du xviie siècle. Fontainier du Roi Stanislas, Nicolas Krantz deviendra papetier en 1766. L’Empire, la Restauration puis le Second Empire en feront des industriels prospères dans les Vosges. Leurs enfants seront mûrs pour accéder à «l’establishment» de la nouvelle République.

Pour Jules, l’Ecole Navale en sera le sésame. Gouverneur de la Cochinchine, il deviendra ministre de la Marine et des Colonies sous la présidence de Sadi Carnot. Pour Jean-Baptiste comme pour Camille ce sera l’Ecole polytechnique.

Sénateur inamovible de la Seine, Jean-Baptiste sera le commissaire général de l’exposition universelle de 1878 à Paris. Député d’Epinal, Camille sera ministre des Travaux publics puis de la Guerre sous la présidence de Félix Faure alors que l’affaire Dreyfus arrive à son dénouement.

« Républicain modéré mais non modérément républicain », pour reprendre l’expression de Waldeck-Rousseau, Camille Krantz ne cessera de défendre ces valeurs gravées dans la pierre au fronton de nos monuments publics : « Liberté, égalité, fraternité ».