ISBN/EAN 978-2-35285-110-3

15,00 EUR

240 pages

avril 2019

La « Mère de Dieu » dans la tourmente révolutionnaire

Le destin de la « Mère de Dieu », est à la fois étonnant et cocasse.
Née le 5 mars 1716 à Barenton en Normandie, Catherine Théot prétendit dès son adolescence être la « Mère de Dieu ». À Paris, elle est vite remarquée par ses prédications, notamment la chute de la Bastille….
Réputée folle, elle est incarcérée à la Bastille en 1779, puis à la Salpêtrière.  Elle sera libérée en 1788, guérie ! À sa sortie, Catherine Théot découvre un Paris où fourmillent des illuminés, des gourous, des prophètes. Elle va créer deux petites chapelles, dont les rites initiatiques s’inspirent de ceux de la franc-maçonnerie.
Aux premières heures de la Révolution, Catherine Théot noue des relations avec des personnages influents.
Le directeur du comité de Sûreté générale, Guillaume Vadier, manœuvre en coulisse pour renverser Robespierre. Il implique la « Mère de Dieu » dans un complot qui aboutira au 9 Thermidor et à la fin de Terreur.
C’est ainsi que la « Mère de Dieu » entrera dans l’histoire. »