Valérie Valkanap, Editions Glyphe, chroniques bernoises, Bern

ISBN/EAN 978-2-35815-290-7

15,00 EUR

200 pages

décembre 2020

Chroniques bernoises

La baignade dans l’Aar, le carnaval, la buanderie partagée, les réceptions, le repas de fin d’année, le covoiturage, le voisinage ! la recherche d’un boulot, la visite chez le médecin, les rencontres de quartier, l’apprentissage de vendeuse de chapeaux, le port du masque… Quarante-huit petits textes parus pour la plupart dans le Courrier de Berne. La vie quotidienne d’une francophone à Berne qui découvre les usages et les traditions des Bernois.

Valérie Valkanap, une Française installée à Berne depuis presque trente ans, pose un regard complice sur la ville et ses habitants.

« Un condensé d’expériences et une langue précise et drôle ». Sandrine Charlot Zinsli,


Ecoutez l’auteur sur Carnozet Voltaire : https://www.mixcloud.com/Carnotzet/chroniques-bernoises/


Les Chroniques bernoises sont disponibles en numérique :
• Sur Amazon
• Sur Fnac.com

 


Robert Fillon connaît bien la Suisse, Bern en particulier ; voici ce qu’il pense de Chroniques bernoises.

Le mot « exotisme » évoque instinctivement des pays chauds aux mers plutôt bleues, aux mœurs agréables et à la visite éminemment dépaysante.Il existe toutefois un exotisme des pays froids, qui ne va pas à l’encontre de l’étymologie puisque le grec « exôticos » signifie « étranger ».Pour avoir vécu moi-même six années en Suisse, je sais à quel point celle-ci, et ses habitants, sont exotiques. Bizarres et même extravagants.Les Bernois, eux, sont particuliers dans leur particularisme. On sait sans vraiment le savoir que Berne est la capitale de la Suisse. On y parle un suisse-allemand plutôt doux, langue médiévale polie et étirée par la lenteur des mouvements que l’on prête volontiers aux habitants de la Suisse centrale.Française, Valérie Valkanap vit à Berne depuis de longues années ; elle a eu tout le temps d’observer ses concitoyens d’adoption avec un œil d’entomologiste et d’en tirer ces « Chroniques » pleines d’humour, dans lesquelles elle déploie avec talent une feinte naïveté qui les rend encore plus véridiques.Elle nous prévient pourtant dès le chapitre introductif : elle n’aime pas que l’on critique la Suisse. Tenons-le-nous pour dit, mais gardons, lecteurs, notre liberté de nous étonner, voire de nous exaspérer devant certains de ces « exotismes ».Prenons par exemple les buanderies collectives des immeubles, fréquentes en Suisse. Si l’auteur nous affirme que c’est une bonne idée pour toute sorte de raisons (l’écologie, le gain de place, la meilleure utilisation d’un équipement électrique), nous la croyons volontiers. C’est très rationnel : on s’inscrit dans un cahier sur une plage horaire demeurée libre et on fait sa lessive à ce moment-là. Sauf que quelqu’un vous désinscrit et qu’on est obligé, du coup, de guetter et de faire respecter ses droits. On est en pays protestant et l’empreinte culturelle de cette religion ignore la contradiction, pourtant fréquente, entre rigueur et efficacité.Cette opposition se marque davantage encore dans le cas des invitations. Si vous invitez à dîner à 19 h 30 (parfois, c’est plus tôt encore), il faut vous attendre à ce que tous vos convives soient agglomérés devant votre porte à l’heure dite et que la sonnette retentisse presque à la seconde près à ce moment-là. Je me souviens d’avoir entendu un ami italien affirmer que ne pas arriver un quart d’heure au moins après l’heure portée sur l’invitation constituait une sorte d’insulte pour le maître de maison. Je pense qu’il avait raison, mais la Suisse vous oblige à vous adapter. Comme elle a obligé Valérie Valkanap à s’excuser d’un retard de quelques petites minutes pour un rendez-vous de promenade avec son amie. Une amie qui par ailleurs se verra dénoncée, on ne sait trop par qui, pour avoir promené son chien sans laisse dans un espace classé « réserve naturelle ».Le mode de vie suisse alémanique impose de se lever tôt. Si, comme l’auteur des « Chroniques bernoises », vous aimez paresser au lit, vous laisserez passer beaucoup d’événements (tel que le marché aux oignons de Berne, qui commence à 5 heures), mais surtout vous encourrez les regards torves du facteur, du livreur ainsi que du chef d’entreprise « dynamique et performant » que vous avez comme ami. Ne pas craquer sous cette pression sociale nécessite un certain stoïcisme.Savez-vous par exemple qu’il existe non loin de Berne un petit étang aux allures de paradis, où la baignade est interdite aux Suisses romands (et aux étrangers a fortiori, bien sûr) ? Valérie Valkanap, qui allie des réflexes de juriste à un sens affûté de l’observation, s’interroge sur la constitutionnalité d’une telle prohibition. Bonne question, qui ne fait pas pour autant évoluer les choses dans le sens de considérer qu’un lieu extérieur non privatif peut profiter à tout un chacun. Etonnantes gens, si on y pense.On peut encore dauber sur les « apéritifs riches », qui se caractérisent précisément par la pauvreté des accompagnements qu’on y sert. L’ironie qui a présidé à cette désignation est-elle inconsciente ou perverse ? La question laisse songeur.Bien sûr, le pays « du propre en ordre » a des avantages. Ayant perdu une chaussure de rechange, l’auteur a la surprise, quelques jours plus tard… de la recevoir par la poste. C’est bien agréable et ça vous a un petit côté rassurant : les autres ne sont pas seulement des dénonciateurs en puissance, à l’occasion ils peuvent aussi réparer vos étourderies. Pas sûr cependant que cela suffise à composer un art de vivre.C’est toute la question, d’ailleurs, qui s’égrène au fil du livre : pourquoi, dans la vie sociale, les comportements rugueux ou tranchants apparaissent-ils préférables à la flexibilité et la la douceur ? Un collègue de l’auteur se plaint de la « morosité » de ses chroniques. Mais ne serait-ce pas, tout au contraire, la preuve d’une capacité aiguë à capter « l’esprit du lieu » ?

Téléchargez un extrait de Chroniques bernoises